Décryptage Se faire blackbouler

Expression ~ Se faire blackbouler

Décryptage de la semaine

A un examen, en politique, à l’entrée d’un club… Se faire blackbouler n’est jamais agréable ! Retour sur une expression que nous devons à nos voisins grands-bretons !

 

Noir, c’est noir, il n’y a plus d’espoir…

Un peu d’étymologie dans l’Angleterre du XIXe siècle. Blackbouler, verbe transitif, apparaît brièvement en 1834 sous la forme black-bull (première attestation indirecte), puis en 1837. Il est emprunté à l’anglais to blackball (1770) « boule de couleur noire », mot attesté seulement en 1869. Lui-même est composé de l’adjectif black, « noir » (vers 890), mot germanique d’origine inconnue, et de ball (boule). Mais pourquoi dit-on se faire blackbouler ?

 

Une expression qui fout les (black)boules

Les Britanniques qui faisaient partie des clubs avaient un processus d’admission bien singulier. Ils votaient l’entrée d’un candidat avec des boules noires et blanches qu’ils plaçaient dans une urne. Avec une majorité de blanches, le candidat était retenu ; une majorité de noires l’excluait[1].

Ainsi, quand le verbe blackball fait son entrée dans la langue française, il signifie littéralement :

« voter contre l’admission d’une personne dans un club, un cercle, en plaçant une boule noire au lieu d’une boule blanche dans l’urne ».

Les Anglais ont le sens de la formule et de la synthèse, contrairement à nous.

 

Se faire blackbouler aujourd’hui

Après quelques hésitations orthographiques au moment de l’emprunt (Balzac écrit blackboller en 1836), le mot se francise à moitié par le changement de ball en boule ; mot actuel partiellement motivé en français par le verbe bouler (envoyer bouler quelqu’un « le repousser »).

Le verbe a d’abord signifié « mettre (quelqu’un) en minorité dans un vote » ; il a évolué dans l’usage familier au sens de « refuser (un candidat) à un examen, coller », puis, par extension : « évincer, repousser rudement ». Blackboulage, substantif d’action, s’emploie peu[2].

Pour conclure ce décryptage, une citation de Marx à laquelle nous adhérons (aucun vote requis) :

Jamais je ne voudrais faire partie d’un club qui accepterait de m’avoir pour membre.

 

Il s’agit bien entendu de Groucho (in. The Groucho Letters).

Hannibal LECTEUR

 

En bonus : le 16 août 1924, le journal La Liberté annonce l’entrée du mot « blackbouler » dans le dictionnaire

Assez ironiquement, le journaliste note que l’Académie a refusé d’autres mots. Autrement dit, ils ont dû se faire blackbouler !

 

[1] Source : Petite histoire des expressions, Gilles HENRY, Marianne TELLIER, Isabelle KORDA.

[2] Source : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française.

Retrouvez notre précédent Décryptage → Faire le mariolle

Redimensionnement de la police
Mode de contraste