Chandeleur 2022 en décalé ~ Rouler dans la farine

Décryptage Rouler dans la farine

Décryptage de la semaine

O’Parleur célèbre la Chandeleur à sa façon et vous propose de vous rouler dans la farine.  Entre cuisine et manigances, quelle est l’origine de l’expression ?

 

Une expression qui roule sur l’orge

Tout le monde connaît le sens de rouler dans la farine : « berner, tromper quelqu’un ». Mais pourquoi la farine[1] et le verbe rouler[2] ?

Il s’agit en fait du sens figuré de ces mots. Prenons la farine. Le terme désigne généralement la mouture[3] des céréales (1690)[4].

Décryptage rouler dans la farine

Par analogie de forme, la farine désigne aussi une poudre blanche… que l’on se met sur le visage (1865).

Décryptage Rouler dans la farine

Au XVIe siècle, on emploie déjà le verbe enfariner, au figuré et familièrement, dans venir la bouche (la gueule) enfarinée (1675). On désigne alors un individu « avec de naïves illusions », par référence au personnage niais de l’ancien théâtre au visage couvert de… farine !

On le retrouve d’ailleurs chez La Fontaine :

Il prophétisait vrai : notre maître Mitis

Pour la seconde fois les trompe et les affine,

Blanchit sa robe et s’enfarine ;

Et de la sorte déguisé,

Se niche et se blottit dans une huche ouverte.

Ce fut à lui bien avisé :

La Gent trotte-menu s’en vient chercher sa perte.

Le Chat et un vieux rat (Livre III, Fable 18)

La farine permet donc de cacher les apparences, de tromper son entourage[5].

 

Rouler dans la farine aujourd’hui

La locution familière rouler (quelqu’un) dans la farine se construit à partir d’un jeu de mot sur rouler. Dès 1809, le verbe signifie « se moquer de », d’où se faire rouler « être trompé, volé ». D’usage familier, on l’emploie pour « abuser (quelqu’un) pour en tirer le meilleur profit » (1834) et « voler ».

Décryptage un pigeon
Le pigeon roucoule dans la farine ?

Les deux termes se rencontrent en 1867 dans l’expression rouler dans la farine, qui accentue cette idée de tromperie[6]. Elle conserve depuis lors ce sens. Pour conclure ce décryptage, un conseil avisé aux enfants. Lors la Chandeleur, la seule chose que devez rouler dans la farine, ce sont les crêpes !

Hannibal LECTEUR, farine et lit

 

En bonus : vouloir rouler les douaniers dans la farine ? Mauvaise idée ! Allô Tonton, pourquoi tu tousses ?! de Fernand Raynaud

 

Notes et références – Rouler dans la farine

[1] Farine (vers 1150, Eneas) vient du latin Farina « farine » qui donne aussi l’italien farina, l’espagnol harina, le portugais farinha. C’est un dérivé de far, farris, qui signifie « blé, épeautre » et aussi « farine ». Far, comme faba (cf. fève) est bien représenté dans le groupe de civilisation indo-européenne du Nord de l’Europe ; il a pour correspondant en germanique le vieil anglais bere « orge », le gothique barizeins, le russe borosno « farine de seigle ».

[2] Rouler, réfection de rëoller (vers 1160), rueler (vers 1170), roueler (vers 1170), dérive de ruele, roele. Ce sont les anciennes formes de rouelle pour « petite roue » et, dans certains sens, de rôle. Il y a également confusion dans certains cas avec les représentants du latin populaire °rotulare, de rotula (cf. rotule), attesté par l’ancien provençal rollat (vers 1300) « tourner quelque chose autour d’un axe ».

[3] Action de moudre des grains pour obtenir de la poudre.

[4] Et par extension celles d’autres plantes que les céréales (1690).

[5] Et ce n’est pas son seul usage péjoratif. En effet, être de pareille farine, être de la même farine (XVIe siècle) se dit par dénigrement de choses ou de personnes qui ne valent pas mieux l’une que l’autre.

[6] Source : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française.

Retrouvez notre précédent Décryptage → Tartuffe