Épiderme en berne ~ Peau de chagrin

Décryptage Peau de chagrin

Décryptage de la semaine

Un week-end à la plage alors qu’il pleut, un politicien souhaitant être LE nouveau Premier Ministre… Nombreuses sont les personnes à voir leurs espoirs diminuer comme peau de chagrin. En revanche, si vous souhaitez connaître l’origine de cette expression, vous ne manquez pas de peau pot !

 

Au revoir, Tristesse !

Contrairement à une idée reçue, notre expression du jour n’a rien à voir avec la tristesse ni avec l’amertume. La faute à une homonymie trompeuse !

En effet, à l’origine, le mot s’écrit… sagrin ! On le retrouve d’ailleurs de manière isolée dans peau de sagrin (fin XVIe). Il vient du turc ṣaġrï qui désigne la croupe d’un animal et, par métonymie, la peau qu’on en prépare. Plutôt qu’un épiderme en berne, il s’agit donc ici de tanner le cuir !

 

C’est en 1655 que le sagrin subit une altération sous l’influence de chagrin (d’après le verbe chagriner)[1] et se change en chagrin.

 

La mémoire dans la peau (de chagrin ou non)

Le mot, seul et surtout dans peau de chagrin, désigne une espèce de cuir grenu. Il est préparé avec la peau de la croupe du mulet, de l’âne ou du cheval. On l’utilise surtout en maroquinerie de luxe et en reliure.

Décryptage Peau de chagrin

 

Le sens figuré de l’expression vient du fait que la peau qui recouvre les tambours est d’abord mouillée, étirée, puis elle rétrécit en séchant. Sens qui se trouve renforcé par un pilier de la littérature. En effet, Peau de chagrin passe dans l’usage (se rétrécir, diminuer comme peau de chagrin) par allusion au roman éponyme de Balzac (1831).

Décryptage Peau de chagrin
Illustration d’Adrien Moreau pour le roman de Balzac.

Dans La Peau de chagrin, Raphaël de Valentin se retrouve sans le sou après avoir perdu au jeu. Songeant au suicide, il se retrouve par hasard chez un antiquaire. C’est là qu’il trouve une peau de chagrin ayant le pouvoir d’exaucer tous les vœux. Mais chaque vœu exaucé fera rétrécir cette peau, symbole de la vie de son propriétaire. Dévoré par ses désirs, le héros finit par mourir prématurément de vieillesse et de décrépitude.[2]

Décryptage Peau de Chagrin
L’avertissement était pourtant on ne peut plus clair… (le message gravé sur la peau magique.)

Depuis lors, la peau de chagrin désigne tout ce qui se réduit nécessairement, inexorablement, à l’usage[3]. Ayant bien retenu cette leçon, je désire… vous souhaiter un bon week-end ! Ouf, mon épiderme et mon âme sont saufs !

Hannibal LECTEUR, a un bon dermato

En bonus : I’ve got you under my skin ♫, de Frank Sinatra (1956) :

 

Notes et références – Peau de chagrin

[1] Le verbe transitif chagriner apparait en 1424, comme l’indique la forme chagrignier (XVIe siècle). Il puise son origine dans l’ancien verbe grigner, qui signifie « grincer des dents, faire la grimace, être maussade ». Chagrin, -ine, adjectif probablement déverbal (1389) – malgré le léger hiatus chronologique – qualifie la personne qui ressent une peine avec amertume.

[2] La mythologie Balzacienne de la peau qui rétrécit a pu rencontrer des valeurs latentes dans chagrin, chagriner. Cf. dans les dialectes se regrigner « se rider, se réduire par dessication », « froncer, rider ».

[3] Source : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française.

Retrouvez notre précédent Décryptage → Superstition