Le marchand de sable est passé. Illustration du Décryptage.
Le marchand de sable est passé. Illustration du Décryptage.

Expression ~ Le marchand de sable est passé

Décryptage de la semaine

Vos paupières sont lourdes ? Vous ne pouvez réfréner un bâillement aussi tonitruant que contagieux ? Morphée vous enveloppe déjà de ses bras ? Ne cherchez plus ! Le marchand de sable est passé !

Dodo, l’enfant do…

Personnage issu du folklore européen, le marchand de sable est passé pour la première fois dans les foyers au XVIIe siècle (1659)[1]. Il venait endormir les enfants en faisant tomber des grains de sable sur leurs yeux. Dès le XVIIIe siècle, le personnage est associé à l’expression « avoir du sable dans les yeux » pour « avoir envie de dormir »[2] :

« Le sommeil commençait à jeter du sable sous les paupières des voyageurs » (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 84)

 

A noter que cette association des deux termes est apparue pour la première fois dans le folklore germanique, dans une nouvelle de Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, L’Homme au sable, parue en 1817 dans le recueil des Contes nocturnes (Nachtstücke).

" Le marchand de sable est passé " - Revue Illustration Européenne (1871)
« Le marchand de sable est passé » – Revue Illustration Européenne (1871)

Nicolas et Pimprenelle viennent mettre leur grain de… sable !

A partir de 1962, Claude et Christine Laydu ont l’idée de faire apparaître ce personnage merveilleux sous forme de marionnette dans Bonne nuit les petits, programme pour enfants qui a fait les beaux jours (et les nuits) de la RTF (future ORTF). Tous les soirs, il emmenait son fidèle Nounours sur son nuage blanc pour rendre visite à Nicolas et Pimprenelle à l’heure du coucher. A la fin de chaque épisode, il leur envoyait du haut de son nuage une poignée de sable pour les endormir tandis que Nounours leur lançait : « Bonne nuit les petits, faites de beaux rêves ! » [3]

Aujourd’hui, quand on dit « le marchand de sable est passé », on signifie donc « il est l’heure pour les enfants d’aller se coucher » / « avoir sommeil ».

Hannibal LECTEUR

 

Le saviez-vous ?

A l’instar d’un certain Saint Nicolas, le marchand de sable a différents noms et visages à l’étranger et n’est pas forcément une figure bienveillante (tendant alors vers le Père Fouettard). Rapide tour du monde :

  • Dans les pays germaniques, le Sandmann est parfois malveillant, le sable provoquant un picotement désagréable pour les enfants (cf. le Sandmännchen).
  • Le marchand de sable francophone est hérité du Sandmann des cultures germanique et scandinave, qui est chargé d’endormir les enfants avec du sable. Il est aussi à l’origine du Sandman de la culture anglophone.
  • Dans la mythologie grecque, Morphée et les autres divinités des rêves (les Oneiroi) ont pour vocation d’endormir les mortels.
  • Au Québec, pour envoyer les enfants au lit, on évoque plutôt le Bonhomme sept-heures.
  • En Galice, Pedro Chosco est un vieux bonhomme avec une barbe blanche à la voix si grave et douce qu’il endort les bébés.
  • Au Portugal, João Pestana est un personnage timide qui arrive discrètement le soir quand tout est silencieux.

Clap de fin! Bonne nuit!

 

En bonus : la chaîne officielle de « Bonne nuit les petits »

 

[1] SOURCE : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française

[2] SOURCE : https://www.cnrtl.fr/definition/sable

[3] SOURCE : Petite histoire des expressions, Gilles HENRY, Marianne TILLIER, Isabelle KORDA, p. 278.

Retrouvez notre précédent Décryptage → La roupie de sansonnet