La moutarde me monte au nez
Zoom sur une fleur de moutarde - Décryptage " La moutarde me monte au nez "

Expression ~ La moutarde me monte au nez

Décryptage de la semaine

Une conversation qui tourne au vinaigre, des répliques amères, chacun y met son grain de sel…  La moutarde me monte au nez !

Mais que signifie cette expression ? Place à un décryptage qui ne manque pas de piquant !

 

Une étymologie qu’il « moutarde » de vous révéler !

Moutarde est issu du latin mustum, qui désigne un « jus de raisin non encore fermenté », d’où « vin nouveau ». Mustum a également servi à former le mot moût (1256), mixture obtenue après pressurage ou foulage des raisins.

Le mot moutarde apparaît en 1223, sous la forme moustarde (qui donnera aussi mustard chez nos voisins grands bretons). Le terme désigne un condiment, fabriqué à l’origine avec du moût de raisin, pour obtenir odeur et saveur fruitées. Par la suite, le mot est appliqué à la plante qui sert de base au condiment (v. 1278) et à sa graine.

Dès le Moyen-Âge, les moutardes figurent sur toutes les tables, des plus riches aux plus pauvres et Richelet (1680) rappelle le proverbe « De trois choses Dieu nous garde/ Du bœuf salé sans moutarde… »

Aussi l’étymologie fantaisiste et plaisante, par moult me tarde, attribuée à Philippe le Hardi au XVe siècle pèche d’abord par anachronisme : le mot existait déjà depuis plus de deux siècles ! [1]

 

Une moutarde qui monte au nez depuis le XVIIe siècle !

Au XVIe siècle, parmi une phraséologie très abondante dès le moyen français, on disait aller à la moutarde pour « aller chercher la moutarde pour le repas du soir » et l’on chantait les dictz pour aller à la moustarde « chansons d’actualité », si bien que l’expression avait pris le sens figuré de « tout le monde en parle » (v. 1550) et traîner par la moutarde signifiait « railler, critiquer ».

La seule locution encore en usage, la moutarde me monte au nez, attestée depuis 1640, est probablement influencée par ces contextes : à l’image du condiment qui monte au nez du gourmand trop audacieux et provoque chez lui une irritation au sens propre, les railleries et les critiques font monter l’irritation et la colère au sens figuré.

L’expression la moutarde me monte au nez signifie donc « s’impatienter, sur le point de se mettre en colère »[2] et prélude en général à des joutes verbales homériques.

 

Hannibal Lecteur

 

En bonus : la recette originale de la moutarde, énoncée pour la première fois par Columelle en 1844 (p. 325)

 

[1] Source : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française.

[2] Source : https://www.cnrtl.fr/definition/moutarde

Retrouvez notre précédent Décryptage → L’exactitude est la politesse des rois

Redimensionnement de la police
Mode de contraste