Décryptage L'arroseur arrosé
Une pellicule en forme de vague et un extrait du film "L'arroseur arrosé"

Cinéma ~ L’arroseur arrosé

Décryptage de la semaine

Si je dis « Blockbuster aquatique qui a passionné les foules avec son suspense insouten… » « Facile ! Les Dents de la mer ! » Perdu ! Il s’agit de l’arroseur arrosé, de Louis Lumière, et c’est l’expression du jour !

 

Un synopsis qui tombe à l’eau

Un jardinier est dans son potager et arrose les légumes au jet d’eau. Sans un bruit, un garnement espiègle se glisse derrière lui et met le pied sur le tuyau. L’homme, qui ne voit plus d’eau couler, tourne le tuyau vers son visage et regarde l’orifice qu’il croit obstrué. Le garnement relève alors le pied et l’arroseur est arrosé. Furieux, le jardinier le poursuit, le rattrape et lui inflige une correction. Dans une seconde version du film, le jardinier se venge en arrosant le farceur. L’arroseur devient l’arrosé : tout fait sens !

Décryptage L'arroseur arrosé
L’Arroseur d’Hermann Vogel (1887).

Le synopsis est adapté d’une page humoristique d’Hermann Vogel, L’arroseur (1887). Cette œuvre a rencontré un franc succès à l’époque et a connu de nombreuses déclinaisons[1].

 

Un chef-d’œuvre du VIIe Ar…rosoir !

Ce très-court-métrage de 38 secondes, ou « vue comique » comme on le nommait à l’époque de sa sortie, fut projeté en privé pour la première fois à La Ciotat le 21 septembre 1895. Il fut ensuite mis au programme de la première séance payante du cinématographe Lumière. La projection eut lieu le 28 décembre 1895, au salon indien du Grand Café à Paris.

Le déroulé de cette « vue photographique animée »[2] est assez simple. La caméra est fixe, l’action est montrée en un plan unique, un peu à la manière du théâtre filmé. Pilier et œuvre fondatrice du cinéma, L’arroseur arrosé a connu un retentissement mondial et on le considère souvent comme le premier « récit » cinématographique[3]. Sauf que…

 

L’arroseur arrosé, un film qui… n’existe pas !

Alors, il existe, ce film, oui ou non ? Réponse simple : « oui mais non ! » Il existe, mais sous un autre nom !

L’œuvre a connu trois versions différentes. Aucune n’a porté le célèbre titre. La première version s’intitule Le Jardinier et le Petit Espiègle. Lorsque le négatif original est trop usé pour en tirer des copies, la société Lumière en tourne deux nouvelles versions, qui porteront le nom Arroseur et Arrosé. L’œuvre figure sous ce nom dans le catalogue de la société Lumière.

Encore une fois, c’est le langage populaire qui s’empare du nom film et le contracte en « l’arroseur arrosé », donnant naissance à cette expression qui désigne « celui qui commet une farce qui se retourne contre lui ».

Il s’agit d’une variante de « la corneille, le scorpion » ou encore « tel est pris qui croyait prendre ». Un sens unique, trois origines différentes, preuve de la richesse inépuisable de notre langue !

Hannibal LECTEUR

 

En bonus : L’arroseur arrosé, le film ! Pardon, la « vue photographique animée ».

A noter pour celles et ceux qui se plaignent de la manie d’Hollywood à pondre des remakes de films à peine sortis. L’arroseur arrosé a lui-même connu trois remakes en quatre ans :

  • L’Arroseur, réalisé par Georges Meliès en 1896 ;
  • Puis L’Arroseur arrosé, réalisé par Alice Guy en 1897 ;
  • Enfin, On se moque du jardinier (A Joke on the Gardener), réalisé par James Bamforth en 1900.

Décidément, les américains ont tout volé aux français !

 

Notes et références

[1] Sur le sujet, lire l’excellent article de Topfferiana, qui revient sur les différentes déclinaisons papier de L’arroseur arrosé.

[2] La société Lumière nomme ainsi ses bobineaux de court métrage. Le mot anglais film s’impose plus tard, adapté au cinéma pour la première fois par Thomas Edison en 1891, quand il met au point avec son assistant William Kennedy Laurie Dickson le format 35 mm, encore en usage de nos jours, et que Dickson tourne les premiers « films Edison ».

[3] Source : Encyclopédie Larousse en ligne.

Retrouvez notre précédent Décryptage → Gagner le jackpot

Redimensionnement de la police
Mode de contraste