Jouer les mécènes
Illustration de l'expression jouer les mécènes

EXPRESSION ~ Jouer les mécènes

Décryptage de la semaine

Le mot Mécène, pierre angulaire de notre décryptage de la semaine, tire son origine du nom propre d’un homme que la renommée fera franciser. Faisons la connaissance de Caius Cilnius Maecenas (Ier siècle av. J.C.), chevalier puis ministre d’Auguste sous l’Empire romain. Poète émérite à ses heures perdues, il acquit la réputation qui donna naissance en langue française au mot mécène,  en ouvrant, par amour des lettres, les portes de sa demeure aux virtuoses de la poésie de son siècle, Virgile, Properce et Horace. Son altruisme, auquel rend hommage Horace en lui dédiant sa douzième ode, favorisa l’éclosion, l’expansion et l’incroyable renommée des poètes de son temps. 

Riche du sens du mot mécène, désormais intéressons-nous à l’expression qui le consacre. Jouer les mécènes, expression drapée du voile de la vertu se révèle être un antagonisme. Le mécénat est un don financier qui ne réclame aucune publicité ou mise en valeur du donateur. Ce dernier par amour d’un art [1], d’une initiative ou d’une cause s’inscrit dans une démarche entièrement désintéressée. Il est donc important de distinguer le mécénat, du sponsoring ou encore du partenariat qui aspirent à une contrepartie publicitaire. Ainsi jouer les mécènes est une expression à caractère péjoratif désignant un individu ou une personne morale (le mécénat est aujourd’hui pratiqué par les entreprises) qui utilise cette pratique à caractère philanthropique dans le but d’obtenir une meilleure reconnaissance sociale en dissimulant l’ambition et l’avidité derrière le masque de l’altruisme.

Mais l’altruisme n’est pas soumis à la loi de l’apparence dans le sens où il est un acte par essence désintéressé. Tenu à cet axiome l’altruisme quand il est « joué » se dévoile être le visage hideux de l’hypocrisie et de la tartuferie. 

L’hypocrisie est le masque de la vertu ; c’est l’affectation de la piété, ou des vertus qu’on n’a pas. L’hypocrisie dit M. De la Rochefoucauld, est un hommage que le vice rend à la vertu.

Voltaire

 

[1] A l’époque de la Renaissance le nom commun mécène fut adopté comme synonyme de « protecteur des arts »

Retrouvez notre précédent Décryptage → Jouer les Cassandre