Décryptage de la semaine

L’écharpe d’Iris est une métaphore poétique représentant la figure de l’arc-en-ciel. Elle apparaît à plusieurs reprises sous la plume de l’amant des muses, Homère, dans la célèbre épopée Iliade. Personnage discret de la mythologie grecque, Iris est la messagère de la déesse Héra, sœur et épouse de Zeus. Parée d’une paire d’ailes faite d’or, Iris est l’émissaire la plus agile et la plus rapide du royaume des dieux, faisant d’elle la première des messagères pour porter les missives divines. La légende rapporte que sa tunique diaphane, constellée de mille couleurs, dessine sur la toile de l’éther un arc-en-ciel, signe de son céleste passage.

Il est important de noter qu’en espagnol le terme arc-en-ciel se dit arco iris et qu’en langue française la définition littéraire du mot iris désigne des teintes imitant les couleurs de l’arc-en-ciel.

Pour clore ce décryptage sur un nuage de poésie, savourons une fable de l’incontournable Jean de La Fontaine qui met à l’honneur avec un bon sens tellurien, l’écharpe d’Iris :

« Il pleut, le soleil luit, et l’écharpe d’Iris

Rend ceux qui sortent avertis

Qu’en ces mois le manteau leur est fort nécessaire. »

Phébus et Borée (Fables, VI, 3)

Retrouvez notre précédent Décryptage → Avoir des yeux de merlan frit

Redimensionnement de la police
Mode de contraste