Un jour, un destin ~ Dimanche

Décryptage Dimanche

Décryptage de la semaine

Ce dimanche, O’Parleur prend un bain de soleil. C’est le dernier épisode d’« Un jour, un destin », la rubrique qui raconte l’origine des… jours (CQFD).

 

Le lundi dimanche au soleil

Le dimanche est le septième jour de la semaine[1], succédant au samedi et précédant le lundi. Sous le soleil, rien de nouveau. Oui, sauf que…

Décryptage Dimanche
Soleil qui va particulièrement briller dans ce billet !

À l’origine, les romains célèbrent le Solis dies, pour « Jour de Sol ».

Décryptage Dimanche
Sol Indiges est, dans la mythologie romaine, le dieu du Soleil ainsi que de la Lumière et de la Chaleur. Sol est le frère de Luna — et tous deux symbolisent le cycle des saisons — et d’Aurore. Ses équivalents dans la mythologie grecque sont Apollon ou plus précisément Hélios (photo).

Sol, en latin, est le nom et la personnification du Soleil, comme de la Lumière solaire, du Rayon de soleil. C’est aussi la direction du soleil levant, en particulier lors de l’équinoxe du printemps.

Décryptage Dimanche
Il a également donné la racine que l’on retrouve dans le mot tournesol.

Pour rappel : auparavant, le calendrier romain suivait le cycle étrusque (nundines)[2] qui comptait… huit jours ! Entre les Ier et IIIe siècles, l’Empire Romain adopte progressivement la semaine de sept jours. Ils associent également les jours aux « sept planètes classiques » connues : Saturnus, Sol, Luna, Mars, Mercurius, Jupiter et Venus.

Décryptage Lundi

Les noms des jours de la semaine, dans les langues latines, tiennent donc leur origine des noms de divinités de la mythologie romaine.

Décryptage Dimanche
Bracelet de camées italien représentant les jours de la semaine correspondant aux planètes en tant que divinités olympiennes : Diane pour lundi, Mars pour mardi, Mercure pour mercredi, Jupiter pour jeudi, Vénus pour vendredi, Saturne pour samedi et Sol pour dimanche.

À deux exceptions près : le samedi (déjà vu) et le dimanche !

 

Marche à l’ombre

Dimanche, nom masculin, d’abord dïenenche (1131), puis dymanche (début XIVe siècle), vient du latin chrétien dies dominicus[3], proprement « Jour du Seigneur »[4]. C’est une référence ancienne à un usage chrétien, quand ces derniers se réunissaient chaque semaine pour commémorer l’eucharistie de la résurrection de Jésus-Christ. Eucharistie qui aurait pris place le premier jour de la semaine juive (le lendemain du Shabbat), ce premier jour devenant ainsi le dies dominicus, soit le « jour du Seigneur ».

Décryptage Dimanche

L’expression remplace ici dies solis, « jour du soleil ». Toutefois, cette terminologie ne disparaît pas totalement car la Gaule romaine la communique aux langues voisines : breton disul, anglais Sunday, allemand Sonntag.

Décryptage Dimanche
Dans les mythologies nord et ouest-germaniques, le soleil est personnifié par la déesse Sunna/Sól. La plupart des langues germaniques préservent l’association du jour avec le soleil. La plupart des autres langues européennes, dont toutes les langues romanes, ont changé son nom par le « jour du Seigneur ». (Illustration : « Les loups poursuivent Sól et Máni », de J. C. Dollman, 1909)

Le type dimanche évince également l’ancien français dïemeine, formé sur l’adjectif demaine (du latin dominicus)[5]. Un peu comme s’il ne supportait pas qu’on lui fasse de l’ombre…

 

Vivement dimanche prochain

En Europe, le dimanche est considéré comme un jour de repos depuis le règne de l’empereur romain Constantin Ier qui en a fait le « Jour du Soleil » par une loi du 7 mars 321 en hommage au Soleil invaincu.

Décryptage Dimanche
Disque dédié à Sol Invictus portant la couronne radiée, argent, œuvre romaine, IIIe siècle. Provenance : Pessinus (Bala-Hissar, Asie mineure). Crédit photo : Wikipédia.

De nos jours, la législation évolue pour en faire un jour chômé auquel des autorisations de travail sont accordées.

Le mot est entré dans quelques syntagmes du type habits du dimanche (1690) avec une valeur de « jour de fête, de repos ». Le préfixé verbal endimancher, verbe transitif (1572) « revêtir les habits du dimanche »[6] se dit par extension pour « parer un lieu comme pour un dimanche » (1831).

Moins sympathique, il désigne quelque fois péjorativement quelqu’un, dans peintre du dimanche « amateur, peu expérimenté »[7].

Décryptage Dimanche
J’y ai passé plusieurs mois mais je suis très fier de l’aspect photo-réaliste de mon dessin (n’en déplaise aux mauvaises langues…)

C’est ainsi que se conclue ce billet et « Un jour, un destin ». Nous espérons que cette « mise à jour » vous aura plu. Une question taraude sans doute notre aimable lectorat : après les mois et les jours, quelle sera la nouvelle thématique ? Nous pourrions peut-être compléter les saisons… (NDLR : « Automne se sent un peu seul, effectivement… »)

En attendant, dès la semaine prochaine, Noël en Décalé  revient pour sa quatrième édition ! Le cadeau idéal pour passer de bonnes fêtes sur O’Parleur !

Hannibal LECTEUR, pas claqué au « Sol »

 

En bonus : Tu es le soleil de ma vie ♫ Sasha Distel & Brigitte Bardot (1973)

 

Notes et références – Dimanche

[1] La norme internationale ISO 8601 considère que la semaine commence un lundi et code le dimanche avec le chiffre 7.

[2] Les nundines, en latin nundinae (de novem « neuf » et dies « jour »), étaient l’appellation des jours de marché dans la Rome antique. Ce cycle revenait tous les neuvièmes jours. Les nundines se représentaient donc constamment après huit jours révolus.

[3] Devenu °didominicu puis, par dissimulation consonantique, °diominicu.

[4] Expression constituée de dies (cf. diurne, jour), et de dominicus « du maître, du seigneur », dérivé de dominus « maître ».

[5] : « Seigneurial, principal, propre » (vers 1119 : « diemeine, le Jurn Jesu demaine [Le jour du seigneur Jésus] »).

[6] Le participe passé endimanché, -ée, est adjectivé (1611), souvent avec la nuance péjorative liée au jugement social porté sur les classes modestes qui, le dimanche, s’efforcent de s’habiller bourgeoisement, avec quelque gaucherie (1818, Stendhal).

Nom d’action et d’état correspondant, endimanchement, nom masculin, (1843), est rare.

[7] Voir aussi dominical. Source : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française.

Retrouvez notre précédent Décryptage Week-end