Raconte-mois ~ Décembre

Décryptage Décembre

Décryptage de la semaine

O’Parleur se met en Avent avec Décembre. C’est la dernière de Raconte-mois, la rubrique qui raconte l’origine des… mois (CQFD).

 

Ils étaient dix (ou douze)

Décembre est le douzième mois de l’année dans les calendriers julien[1] et grégorien[2]. C’est bientôt Noël, on cherche les cadeaux (de dernière minute), on dit adieu à sa ligne avant les repas de famille… Sous le soleil, toujours rien de nouveau. Oui, sauf que…

Décryptage Décembre

Décembre (vers 1119) vient du latin classique december, dérivé de decem (cf. dix). Il signifie « dixième mois de l’année » car, nous commençons à la savoir, le calendrier romain commençait en mars.

Au risque de vous étonner, le mot a donné deux termes d’histoires :

  • Décembriseur, nom masculin désignant un membre de la « société du dix décembre », fondée par les amis du prince Louis-Napoléon Bonaparte en 1848 pour le soutenir dans sa politique ;
  • Et décembriste, adjectif et nom (1907) désignant un « membre de la conspiration organisée à Saint-Pétersbourg au début du règne de Nicolas Ier»[3].

Quant au dérivé décembral, -ale, -aux, adjectif (1896, Verlaine), il reste extrêmement rare.[4]

 

Décembre et traditions

Si l’on parle souvent de la dépression saisonnière hivernale en cette saison, il ne faut pas oublier que décembre est aussi un mois festif.

 Au niveau des célébrations, l’Avent[5] bat son plein mais nous fêtons aussi la Saint Nicolas (le 6), le réveillon de Noël (le 24), Noël (le 25) et le réveillon de la Saint Sylvestre le (31). Nous avons failli oublier le troisième vendredi du mois… Non, pas de Beaujolais en décembre mais la journée mondiale du pull de Noël !

Décryptage Décembre

Ou comment passer du vin de Régnié au col roulé !

 

Le Grand Bleu

À la différence de Noël, auquel on associe le rouge et le vert, la couleur de décembre est… le bleu. Bleu que l’on retrouve dans ses pierres de naissance. Et décembre a dû être très sage, puisqu’il en compte trois au pied du sapin : la turquoise, la tanzanite et le zircon bleu !

Décryptage Décembre
Appelée par les Grecs anciens « callais » (pierre verte) et par les Aztèques « chalchihuitl » (pierre précieuse verte, ou « cœur de la terre »), la turquoise a reçu son nom moderne des Français (cocorico !), qui l’ont appelée « pierre turquois » (pierre turque). Images : Wikipédia.

Évocatrice du ciel et de la mer, la turquoise dissipe la négativité et symbolise la bonne chance, le calme intérieur, la stabilité, la réalisation de soi et la créativité.

Décryptage Décembre
À l’état brut, la tanzanite peut être d’un brun rougeâtre ; on obtient le bleu par traitement thermique. Elle doit son nom aux collines de Merelani en Tanzanie, seul endroit où on la trouve. C’est également l’une des rares gemmes dotées du trichroïsme, un phénomène optique où une pierre affiche jusqu’à trois couleurs différentes, en fonction de l’angle affiché. Images : Wikipédia.

Les bleus et les violets froids de la tanzanite symbolisent le calme et la capacité à apaiser. Le bleu incarne également la responsabilité et la fiabilité, tout en véhiculant la sécurité et la confiance.

Décryptage Décembre
D’après le perse « zargun » (« couleur dorée »), le zircon présente la gamme de couleurs la plus diversifiée, allant du blanc au bleu (couleur la plus populaire). Baptisé « jacinthe » à l’époque médiévale, on lui attribue alors des vertus somnifères, de sagesse et de bonne fortune. Images : Wikipédia.

Le zircon exprime l’équilibre, l’enracinement spirituel et la guérison. On le rattache également à l’honneur et au bonheur.

 

Houx la la !

Les fleurs de naissance de décembre sont elles aussi au nombre de trois. Il y a d’abord le houx, qui est… un arbuste !

Décryptage Décembre

Durant l’Antiquité, les Romains plaçaient cet arbuste sous le signe Saturne, dieu du temps et de l’agriculture, et l’honorait en décembre. Pour les chrétiens, le houx est spécifiquement associé à la naissance de l’Enfant Jésus[6]. C’est également un symbole de protection et d’immortalité.

Décryptage Décembre

Le narcisse paperwhite, fortement parfumé, symbolise la froideur et l’estime de soi.

Décryptage Décembre

Enfin, très populaire aux États-Unis, le poinsettia est à l’origine… une mauvaise herbe ! La légende veut qu’une petite fille pauvre, voulant faire une offrande, cueille ces mauvaises herbes puis les place sur l’autel d’une église. Elles se transforment alors en floraisons d’un rouge éclatant. Symbolisant la joie, le poinsettia sied au côté festif et joyeux de décembre. Comment ne pas bien finir l’année avec tous ces symboles positifs ?

Comme 2022, ce billet touche également à sa fin… et « Raconte-mois » avec lui. Mais l’heure n’est pas à la tristesse car 1/ rien ne vous empêche de tout reprendre depuis janvier et 2/ nous recommençons Noël en Décalé la semaine prochaine. Et cette troisième édition (déjà !) devrait vous faire plaisir !

Merci pour votre fidélité !

Hannibal LECTEUR, je me la raconte, moi(s) ?

 

En bonus : en décembre, on commence à se rapprocher de Noël. It’s beginning to look a lot like Christmas Michael Bublé (2012)

 À écouter devant sa cheminée, avec un bon chocolat chaud en regardant la neige tomber ! (Oui, c’est cliché, mais tellement agréable…)

 

Notes et références – Décembre

[1]  Le calendrier julien est un calendrier solaire utilisé dans la Rome antique. Jules César l’introduit en 46 av. J.-C. pour remplacer le calendrier romain républicain. On l’emploie en Europe jusqu’à son remplacement par le calendrier grégorien à la fin du XVIe siècle.

[2] Le calendrier grégorien est un calendrier solaire conçu à la fin du XVIe siècle pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien alors en usage. C’est le pape Grégoire XIII qui l’initie et l’adopte en 1582.

[3] Ce dernier a pour variante un dérivé du russe d’ekabr’ « décembre », de même origine : décabriste, adjectif et nom (1907).

[4] Source : LE ROBERT, Dictionnaire historique de la langue française.

[5] Dans l’Église catholique, il s’agit du temps liturgique de la préparation à la fête de Noël.

[6] Selon l’Évangile de saint Marc, le roi Hérode cherche à massacrer les nouveau-nés juifs de la bourgade de Bethléem (en Galilée) pour éliminer celui que les textes prophétiques annoncent comme le roi des juifs. Marie, Joseph et l’enfant s’enfuient en Égypte. Selon une légende populaire, à l’approche d’une troupe de soldats, ils se cachent dans un buisson de houx, qui, dans un élan miraculeux, étend ses branches pour dissimuler la Sainte Famille derrière son épais feuillage épineux, ce qui les sauve. Marie bénit alors le buisson de houx et souhaite qu’il reste toujours vert en souvenir de sa protection et comme symbole d’immortalité.

Retrouvez notre précédent Décryptage → Saint-Glinglin