Alerte Rouge
Graffiti d'un lanceur d'alerte sur un mur de brique avec une tache de sang au niveau de la tête

ALERTE ROUGE

« Quand j’ai révélé les détournements de fonds de sociétés internationales,

L’opinion publique n’a rien dit,

Il y avait la finale du championnat à la télé.

Quand j’ai mis en garde contre ce médicament qui entraîne de graves maladies,

Les médias n’ont rien dit,

Il y avait une soirée électorale à couvrir.

Quand j’ai dénoncé les agissements frauduleux de la banque ****,

La justice n’a rien fait,

Cela ne dépendait pas de sa juridiction.

Quand j’ai voulu alerter sur les collusions entre le gouvernement et une multinationale qui enfreignait les droits de l’homme au nom d’intérêts personnels,

Les politiques ont voté une loi, une nuit…

Puis, un matin, quand les gens se sont réveillés et ont vu à quel point le monde allait mal, ils se sont demandé pourquoi personne ne les avait alertés.

Et ils ont découvert que le gouvernement avait voté une loi, une nuit, à 4 heures du matin, avec une dizaine de parlementaires, pour interdire aux lanceurs d’alerte d’informer l’opinion publique.

J’aurais voulu les alerter, mais j’étais déjà en prison… »

S’informer et être informé est un DROIT, mais aussi un DEVOIR.

Cette œuvre est une fiction(?). Faisons en sorte qu’elle le reste !

Hannibal LECTEUR

Lien vers le poème original qui a inspiré ce texte : http://www.bouquinovore.com/2012/06/quand-ils-sont-venus-chercher-les.html

Vous avez aimé cet article et vous souhaitez vous aussi écrire un article sur O’Parleur.fr → Comment ça marche ?

Redimensionnement de la police
Mode de contraste